Instantané #40 | Arandel

25/01/2013

A moins de deux heures de la création d’Arandel dans l’auditorium nous retrouvons l’équipe en coulisses. La tension est présente, les musiciens n’ont eu que deux jours pour préparer le concert, néanmoins, ils s’enthousiasment à l’idée de cet instantané. Direction les ascenseurs, le parking du TAP, niveau -4. Au milieu du béton et des carrosserie, les instruments détonnent et la scène intrigue : quelques spectateurs de passage ont, sans le savoir, le privilège de « voir » Arandel. En effet, une des particularités du projet Arandel est l’anonymat, d’où une caméra centrée sur des détails : mains, cordes, archets… Arandel, signé chez InFiné, propose une musique organique, dont cette version instantanée du morceau D#10 avec 1 violon, 1 clarinette, 1 bugle, 2 violoncelles, 1 contrebasse et 2 voix est une très belle illustration.

Portrait express

Arandel est un projet migrateur, nourri tant aux musiques des sphères minimalistes de la Monte Young et Terry Riley qu’au krautrock ou aux productions techno des pionniers de Detroit. Arandel n’est pas un groupe, Arandel n’est pas un personnage. Plus qu’un sujet vivant non identifié, Arandel est surtout un projet sans visage : les créateurs s’effacent derrière la création, la musique occupe seule le devant de la scène. Rester anonyme pour explorer le chant des possibles ; donner un multi-visage au profil de musiques expérimentales. Une envie d’explorer d’autres pistes, en proposant un projet affranchi des formats pop et de l’écriture classique. Un concept inédit, pour un résultat inouï.

Deux disques sont disponibles In D (InFiné 2010) et In D Remixed (InFiné 2011). Arandel prépare actuellement un nouvel opus, surveillez les bacs…

One Comment

  1. Coco

    Et bien c’est avec impatience que j’attends le troisième opus.
    Je me réjouis de voir que le troisième opus va sortir des frontières (si tant il en existe) des puces et microprocesseurs pour rejoindre la dimension vivante qu’offre la musique classique … dont je suis également un amateur ;-)

    « In D » a été pour moi une vraie révélation, un album comme parfois on a la chance de croiser au hasard des bacs. Pour vous mettre dans la confidence, je m’attends à être encore une fois bien bluffé par cette si mystérieuse que talentueuse hirondelle …

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>